Houston

Houston, Texas, une métropole diversifiée de 2,3 millions d'habitants, est aux prises avec les liens historiques de son infrastructure de surveillance avec l'oppression raciale alors qu'elle navigue dans l'expansion des technologies de sécurité, suscitant des appels à des dialogues politiques inclusifs équilibrant la sécurité et les libertés civiles. Notre projet Edgelands Houston vise à relever ce défi.

Photo : Carl Hunley Jr pour UNPLASH

Surveillance et sécurité à Houston

Houston est la plus grande ville du Texas et la quatrième ville des États-Unis, avec une population d'environ 2,3 millions d'habitants. C'est également l'une des zones métropolitaines les plus diversifiées du pays (environ 44 % de Latinx, 25 % de Noirs, 24 % de Blancs et 7 % d'Asiatiques). La ville a beaucoup investi dans les caméras de sécurité et les technologies de surveillance, qui, selon les autorités, sont essentielles pour dissuader la criminalité et faciliter les enquêtes. Cependant, la surveillance à Houston a un héritage historique troublant qui remonte à l'esclavage et aux régimes de surveillance des plantations, lorsque les mouvements et le comportement des Noirs américains étaient étroitement surveillés par les propriétaires terriens et l'État. Après la guerre civile, ces pratiques ont évolué vers les codes noirs et le bail de travail des condamnés, qui ont fonctionné comme une forme systémique d'observation, de surveillance et de contrôle social racialisés (comme l'explique Simone Browne dans son ouvrage intitulé Dark Matters : On the Surveillance of Blackness). Cette histoire jette une longue ombre sur les préoccupations actuelles des communautés noires et latino-américaines concernant la surpolice discriminatoire et la violation des libertés civiles par le biais de la surveillance.

À l'avenir, les autorités de Houston continueront probablement à développer l'infrastructure de sécurité, alors que les technologies de surveillance telles que la reconnaissance faciale et les algorithmes de police prédictive deviennent de plus en plus répandus. Cette évolution entraînera des défis complexes en matière de gouvernance, les lois s'efforçant de suivre le rythme des changements technologiques rapides. Des dialogues publics solides sont nécessaires pour élaborer des politiques appropriées qui permettent à tous les citoyens de se sentir en sécurité, tout en respectant rigoureusement la vie privée, en empêchant la surveillance discriminatoire et en rompant avec les pratiques historiques oppressives ou l'observation raciale.

Surveillance et sécurité dans les écoles américaines

‍‍

Ces dernières années, les autorités scolaires américaines ont investi massivement dans des technologies de surveillance telles que des logiciels de suivi des activités des élèves, des caméras alimentées par l'IA et des capteurs environnementaux (par exemple, des détecteurs de vape et des analyseurs d'"agression"). Les entreprises qui vendent ces outils prétendent qu'ils aideront les responsables à identifier et à prévenir les menaces pour la sécurité des élèves. Cependant, peu d'éléments démontrent que ces méthodes de surveillance sont réellement efficaces pour améliorer la sécurité sur les campus scolaires. Dans le même temps, l'inquiétude du public s'intensifie quant à la possibilité que ces pratiques de surveillance ciblent et punissent de manière disproportionnée les populations d'élèves vulnérables et marginalisées. Par exemple, les écoles ont commencé à installer des "détecteurs de vape" afin d'identifier et de punir les étudiants qui sont surpris avec des vapeurs sur le campus. Les critiques ont mis en garde contre le fait que de telles interventions poussent les enfants à quitter l'école et conduisent à la criminalisation des étudiants, en particulier ceux qui appartiennent à des communautés marginalisées. De telles tendances exacerbent des problèmes de justice raciale de longue date, tels que le "pipeline" de l'école à la prison.

En raison du manque de transparence de ces systèmes, il est de plus en plus difficile de discerner les circonstances et les contextes dans lesquels les élèves sont surveillés, ainsi que la manière dont cette surveillance perpétue les préjugés concernant les élèves qui sont perçus comme des menaces et ceux qui méritent d'être protégés dans la salle de classe. Il existe très peu d'opportunités pour les élèves et les parents de se confronter aux implications de ces politiques ou de s'engager dans des conversations significatives sur la façon dont la surveillance numérique élargie modifie le contrat social à l'intérieur et à l'extérieur des murs de l'école. Edgelands vise à relever ce défi en créant des opportunités pour les communautés de s'engager sur ces sujets importants.

Surveillance et sécurité des écoles à Houston, TX

Selon des rapports officiels, aucun État n'a autant de contrats avec des sociétés de surveillance numérique que le Texas. À la suite de fusillades très médiatisées dans des écoles comme celles de Santa Fe et d'Uvalde, les législateurs texans ont rédigé un certain nombre de projets de loi qui augmentent le financement des forces de l'ordre et des efforts de "renforcement de la sécurité dans les écoles". En conséquence, le paysage de la sécurité dans les écoles évolue rapidement au Texas, avec des répercussions sur l'ensemble du pays.

La région métropolitaine de Houston abrite certains des districts scolaires les plus diversifiés du pays. C'est aussi un endroit où des millions de dollars sont consacrés à des mesures de sécurité dans les écoles qui reposent sur la surveillance numérisée des élèves. Dans le cadre de notre projet Edgelands Houston, nous réunirons des acteurs clés tels que des élèves, des parents et des administrateurs d'école afin de discuter du rôle de la technologie dans la sécurité des enfants.

Intérêts de la recherche

1. Transparence et gouvernance communautaire

On estime qu'un tiers des écoles publiques américaines ont adopté une technologie de surveillance. Pourtant, la plupart des écoles n'ont aucun contrôle communautaire sur les données collectées sur les élèves ou sur la manière dont elles sont utilisées. Les parents et les éducateurs font état d'un sentiment d'inévitabilité en ce qui concerne l'extension de la surveillance des élèves. Ce projet représente une occasion unique pour les communautés et les responsables scolaires de s'unir pour remettre en question ce sentiment d'inéluctabilité, en interrogeant et en réimaginant le rôle de la technologie dans la sécurité de l'école.

2. L'équité raciale

La recherche montre que les enfants noirs et latino-américains sont exposés de manière disproportionnée aux risques d'une surveillance accrue à l'école. Par exemple, les jeunes Noirs ont quatre fois plus de chances de fréquenter une école très surveillée qu'une école peu surveillée, ce qui augmente leur probabilité d'être suspendus et diminue leurs chances d'aller à l'université. De nombreuses études ont montré que les élèves noirs et latino-américains font l'objet de mesures disciplinaires pour des infractions à la fois moins graves et plus discrétionnaires que leurs homologues blancs. (Addington, 2019 ; Kupchik, 2016a ; Skiba et al., 2002). Les chercheurs ont fait valoir que l'utilisation accrue de la surveillance à l'école est susceptible d'amplifier ces tendances. Dans ce projet, nous analyserons les façons dont les technologies numériques façonnent les expériences éducatives des jeunes, en mettant particulièrement l'accent sur les jeunes historiquement marginalisés et vulnérables.

3. Surveillance dans le cadre d'une crise de santé publique

Selon une enquête récente de la FDA, le vapotage chez les préadolescents et les adolescents est devenu une crise de santé publique aux États-Unis. En réponse à cette situation, les autorités scolaires ont commencé à installer des capteurs spécialisés qui détectent si une personne est en train de fumer sur le campus. Bien que ces capteurs soient souvent présentés comme un moyen non intrusif de s'attaquer à un important problème de santé publique, certains craignent que cette technologie n'alimente des politiques punitives qui poussent les enfants à quitter l'école, au lieu de s'attaquer aux facteurs sous-jacents qui les poussent à consommer des substances psychoactives. C'est particulièrement vrai au Texas, où les législateurs ont récemment adopté un projet de loi qui oblige les écoles publiques à retirer de la classe tout élève surpris en possession d'une e-cigarette et à l'envoyer dans un centre disciplinaire distinct pour les élèves en grande difficulté. Dans le cadre de notre projet à Houston, nous étudierons la manière dont ces capteurs influencent le débat sur l'abus de substances chez les jeunes et la réponse à la dépendance.

4. Exacerber la fracture numérique

Un nombre croissant d'écoles utilisent des filtres web pour bloquer l'accès au contenu web, sur la base de mots clés et d'une liste de sites interdits. L'espoir est que ces outils protègent les enfants des contenus inappropriés. En effet, les élèves qui utilisent exclusivement des appareils fournis par l'école auront moins d'occasions d'utiliser l'internet, de développer leurs compétences numériques et d'accéder à des recherches légitimes que leurs camarades plus privilégiés. Dans ce projet, nous explorerons les façons dont ces technologies exacerbent la fracture numérique dans la salle de classe et recoupent les débats en cours sur le rôle de la censure dans la salle de classe.

derniers projets

Aucun élément n'a été trouvé.

équipe

Aucun élément n'a été trouvé.

articles de blog

Aucun élément n'a été trouvé.

notre lettre d'information

* indique qu'il est nécessaire
Langue