Nairobi

Photo : Cynthia Chepkemoi

En avril 2022, le gouvernement du Kenya a lancé le Digital Economy Blueprint, qui vise à fournir un cadre conceptuel pour une économie numérique prospère et durable, conformément à la Vision 2030 du Kenya et aux objectifs de développement durable des Nations unies. Il définit l'économie numérique comme "l'ensemble des secteurs qui utilisent des communications et des réseaux numériques en s'appuyant sur l'internet, la téléphonie mobile et d'autres technologies", quel que soit le secteur d'activité. Le plan directeur propose cinq piliers comme fondements : L'administration numérique, les entreprises numériques, l'infrastructure, l'entrepreneuriat axé sur l'innovation et les compétences et valeurs numériques.

Depuis lors, le gouvernement a réalisé d'importants investissements, mais comment mesurer le niveau de développement de l'infrastructure internet ? L'un des moyens d'y parvenir est l'indice de préparation au réseau (Network Readiness Index, NRI), un indice mondial de premier plan sur l'application et l'impact des technologies de l'information et de la communication (TIC). En 2022, le NRI a cartographié 131 économies sur la base des critères suivants : technologie, population, gouvernance et impact : la technologie, le personnel, la gouvernance et l'impact. Voici le classement du Kenya :

→ 77 des 131 économies mondiales ;

→ 7e dans le groupe des pays à revenu moyen inférieur ;

→ 3ème en Afrique au niveau des sous-piliers ;

→ Principaux piliers - la plus grande force : Technologie et gouvernance ;

→ Principaux piliers - plus grande marge d'amélioration : Impact;

→ Sous-piliers - les plus grands atouts : Technologies futures, Gouvernements et Confiance

Elle surpasse également les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure dans neuf des douze sous-piliers : Accès, Contenu, Technologies futures, Gouvernements, Confiance, Réglementation, Inclusion, Économie et Contribution aux ODD.

Nairobi, la capitale du Kenya, dispose d'une vaste infrastructure Internet, de services gouvernementaux automatisés et accessibles, et d'un portail citoyen qui a amélioré la prestation de services indépendamment du lieu. Au fur et à mesure que la technologie progresse, les relations humaines, économiques et culturelles sont affectées de manière positive et négative, remodelant le contrat social traditionnel.

Les statistiques et le contexte social actuel font de Nairobi un centre d'intérêt important pour la recherche d'Edgelands, ce qui nous permet de réfléchir au développement d'économies numériques durables et au rôle du gouvernement dans la fourniture d'infrastructures.

À propos de Nairobi

Photo : Peter Okwara

Le recours à la surveillance à Nairobi remonte à 1920, bien avant l'indépendance du Kenya. Il s'agissait d'une obligation légale de surveiller et de contrôler les mouvements sociaux et la main-d'œuvre dans le cadre des règles coloniales britanniques.

Avance rapide jusqu'en 1998 : l'ambassade des États-Unis au Kenya est frappée par un attentat terroriste, ce qui marque le début d'une série d'attaques récurrentes dans des lieux publics. Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, la sécurité est renforcée le long de la frontière entre la Somalie et le Kenya, revendiquée comme une voie d'accès pour le groupe militant Al-Shabaab (ainsi que pour d'autres groupes terroristes), frappant les zones à forte circulation de Nairobi et d'autres régions du Kenya.

Alors que les politiques identitaires et les préoccupations en matière de droits de l'homme sont en hausse, deux éléments principaux sont toujours à l'origine d'une surveillance importante à Nairobi : les efforts visant à éliminer les personnes qui ont pu entrer clandestinement dans le pays et l'augmentation des nouvelles concernant les disparitions de jeunes gens qui auraient été radicalisés par des groupes de miliciens. Les points chauds de la criminalité à Nairobi sont partagés sur diverses plateformes de médias sociaux, et les services de police kényans communiquent des renseignements pour inciter les habitants à être vigilants.

La croissance rapide de la population, l'évolution démographique, l'augmentation de la classe moyenne, la hausse du coût de la vie, l'inflation, les taux de chômage élevés et la récession mondiale de l'après-Covid 19 ont frappé ce centre économique en plein essor et ses vulnérabilités sont profondément exploitées.

L'objectif de notre projet de recherche est d'explorer le contraste entre l'accent mis par le gouvernement sur la lutte contre la hausse de la criminalité et la montée en puissance des efforts de sécurité des entités privées, qui investissent de plus en plus dans les caméras de vidéosurveillance, les systèmes biométriques, la reconnaissance faciale, etc. Nous explorerons ces initiatives pour jeter un regard critique sur les nouvelles formes de contrat social qui se développent à Nairobi.

Notre travail à Nairobi

1. Le crime

La criminalité est en hausse à Nairobi(National Research Crime Centre). Plusieurs facteurs y contribuent : une pandémie mondiale, les élections nationales qui viennent de s'achever et le changement de garde en politique.

Covid a créé une série d'effets en cascade, affectant les sources de revenus (en particulier pour ceux qui travaillent dans les secteurs informels) et augmentant le chômage. En outre, la période des élections nationales tend à entraîner une augmentation des activités criminelles liées à l'insécurité électorale dans différentes parties du pays, en particulier à Nairobi.

En outre, une lacune dans l'administration de la sécurité a créé un espace pour une augmentation des vols à main armée et opportunistes dans les zones résidentielles et commerciales de la capitale, plaçant les services de police et le gouvernement sous les feux de la rampe. Le CBD (Central Business District de Nairobi) est une cible privilégiée, malgré les fréquentes opérations menées par la police qui, en novembre 2022 seulement, a arrêté plus de 200 opérateurs de motos-taxis liés à des activités criminelles.

Mais malgré les efforts publics et l'augmentation de la sécurité privée, l'utilisation de caméras de vidéosurveillance et les patrouilles de véhicules dans toute la ville, les cambriolages domestiques et les agressions restent un grave problème de sécurité. Les crimes sont généralement commis en plein jour et les criminels s'en prennent à des personnes de tous âges, à des locaux commerciaux, à des opérateurs de M-pesa et à des maisons d'habitation.

Il est intéressant de noter que les zones aisées, telles que Kilimani et Karen, et les établissements à faible revenu des Eastlands sont également touchés par les activités criminelles et les problèmes de sécurité.

2. Sécurité numérique et technologie de surveillance

L'augmentation des activités criminelles entraîne généralement une hausse des technologies de surveillance, et Nairobi ne fait pas exception à la règle. La sécurité est traditionnellement assurée par des applications défensives : clôtures, serrures, verrous et dispositifs mécaniques utilisés pour sécuriser les individus, les biens, les bâtiments, les espaces privés et les autorités locales.

Si, par le passé, la surveillance visait des individus spécifiques, aujourd'hui, elle vise tout le monde. Au Kenya, un partenariat entre le gouvernement et le secteur privé a permis de déployer 1 800 caméras de vidéosurveillance sur les principales autoroutes et dans les grandes villes du pays. Le projet a également permis d'installer une infrastructure sans fil appelée "Integrated Control and Communication Center" (IC3), exploitée par la police. Le système signale toute activité criminelle en temps réel et envoie les premiers intervenants en cas d'urgence. Il dépend de la reconnaissance automatisée des plaques d'immatriculation et de la reconnaissance faciale, ce qui signifie qu'il est devenu impossible de vivre au quotidien sans laisser d'empreintes numériques (traces que nous laissons nous-mêmes) et d'ombres (traces capturées à notre sujet).

Les implications de ces technologies sont à la fois positives et négatives. Alors qu'un certain nombre de citoyens ont déclaré qu'ils ne pouvaient plus exercer leur droit à la vie privée, d'autres se sentent en sécurité lorsqu'ils font leurs courses, sachant que les caméras de vidéosurveillance surveillent les espaces publics.

3. Le nouveau contrat social

L'un des objectifs de notre recherche est de mieux comprendre comment la numérisation et l'utilisation des technologies de surveillance influencent les relations entre les citoyens et leur gouvernement : le contrat social - un terme qui fait référence aux obligations réciproques entre les personnes, les ménages, les communautés et leurs dirigeants. Dans ce contexte, le concept de technologie et son impact sur le comportement et les relations humaines ne peuvent être ignorés.

Il appartient à chaque société de déterminer l'architecture exacte des contrats sociaux, mais tous les groupes sociaux affectent et sont affectés par les pressions mondiales. Le rapport sur le programme commun des Nations unies indique que l'internet a modifié nos sociétés aussi profondément que l'imprimerie, exigeant une profonde réimagination de l'éthique et des mentalités avec lesquelles nous abordons la connaissance, la communication et la cohésion. Si elle offre un immense potentiel d'information et de communication accessibles et rapides, l'ère numérique a également accentué la fragmentation et les "chambres d'écho".

Nairobi, comparée à d'autres villes du Kenya, a souffert énormément de ces développements, et nous pensons que le temps est venu de renouveler le contrat social entre son gouvernement et sa population, afin de rétablir la confiance et d'adopter une vision globale des droits de l'homme.

notre lettre d'information

* indique qu'il est nécessaire
Langue