Magnum X Edgelands Nairobi

Le troisième épisode du programme Magnum X Edgelands a présenté le photographe sud-africain Lindokuhle Sobekwa, invité par l'Institut Edgelands à explorer la surveillance à Nairobi, au Kenya. À Nairobi, où les caméras de vidéosurveillance Huawei sont présentes dans toutes les rues, la ville est confrontée à un taux de criminalité élevé. En réponse à une crise terroriste en 2014, Huawei, un géant chinois de la technologie, est intervenu pour mettre en place un système de surveillance numérisé. Cette initiative, fruit d'une collaboration entre Huawei et Safaricom, la principale société de télécommunications du Kenya, a donné naissance au système intégré de surveillance urbaine. Nairobi est devenue le site du premier projet "Safe City" de Huawei en Afrique. Avec plus de 2 000 caméras de télévision en circuit fermé installées dans la ville, toutes interconnectées et transmettant des données au quartier général de la police nationale du Kenya, Sobekwa a capturé le paysage de la surveillance à Nairobi. À travers son objectif, Sobekwa a voulu donner un aperçu de l'histoire de la surveillance, en remontant jusqu'à l'avènement de la photographie.

Selon les recherches menées par les associés de l'Institut Edgelands à Nairobi, il existe peu de preuves suggérant une corrélation entre la mise en œuvre de la technologie de surveillance et la réduction des taux de criminalité au Kenya. À l'inverse, le chômage est un facteur notable qui contribue à l'augmentation des activités criminelles. Ce sentiment est partagé par Lindokuhle Sobekwa lors de son entretien avec l'Institut Edgelands. En outre, notre rapport souligne qu'en raison du manque de transparence entourant les mesures de surveillance, la confiance des citoyens dans l'État s'est considérablement érodée.

Au cours de son entretien avec l'Institut Edgelands, Lindokuhle Sobekwa s'est penché sur son processus créatif dans le cadre du projet et a donné un aperçu de son approche.

En collaboration avec un groupe d'étudiants de l'Ojukwu Art Center au Kenya, Lindokuhle Sobekwa a mené une expérience en utilisant une camera obscura, l'un des premiers mécanismes optiques conçus pour capturer des images. À travers ce projet, le photographe établit des parallèles entre le développement historique de la photographie et l'évolution de la surveillance, suscitant une réflexion sur la manière dont l'avènement des appareils photo dans le passé a facilité la construction de systèmes de surveillance sophistiqués dans le présent. Il souligne que sa camera obscura, ingénieusement construite dans une boîte dans la rue, a servi de moyen de surveillance supplémentaire pour les individus. De nombreuses images capturées par Lindokuhle Sobekwa à l'aide de la camera obscura se concentraient sur des zones spécifiques, délimitant un cercle de clarté distinct autour de leur périmètre.

Photo : Lindokuhle Sobekwa

Photo : Lindokuhle Sobekwa

Photo : Lindokuhle Sobekwa

Photo : Lindokuhle Sobekwa

L'imagerie floue et fragmentée produite par Sobekwa rappelle de manière poignante que le fonctionnement interne des systèmes de surveillance est souvent entouré d'ambiguïté. Les distorsions capturées par la camera obscura font écho aux récits biaisés qui peuvent découler de l'observation d'autres personnes sous surveillance, soulignant les complexités et les incertitudes inhérentes à de telles pratiques.

Tout en explorant les thèmes de la surveillance au Kenya, Lindokuhle Sobekwa a stratégiquement navigué dans les politiques de surveillance de la ville en faisant preuve de prudence dans ses activités photographiques, évitant ainsi d'être exposé publiquement. Bien que la camera obscura serve d'outil de surveillance supplémentaire pour les habitants de la rue, elle a également permis à Sobekwa de poursuivre son art en toute discrétion. Cette tactique est d'autant plus pertinente que Sobekwa a expliqué, lors de son entretien, que la loi kenyane protège contre les photos prises par des photojournalistes sans leur consentement.

Pour en savoir plus sur le projet Magnum X Edgelands Nairobi, lisez l'article de Coda.

Projets

Aucun élément n'a été trouvé.

notre lettre d'information

* indique qu'il est nécessaire
Langue