28 novembre 2023

La vidéosurveillance et son récit à Milan

Danilo Deninotti et Giorgio Fontana

À Milan, comme c'est souvent le cas dans les zones urbaines connaissant un embourgeoisement rapide, l'escalade des coûts de l'immobilier et des loyers a donné lieu à une série de politiques d'exclusion. Pour en savoir plus, consultez l'article de blog de nos boursiers 2023 Giorgio Fontana et Danilo Deninotti.

Ville métropolitaine de Milan

Photo : Samuel Isaacs pour UNSPLASH

1. Contexte d'une exclusion "cool

Depuis qu'elle a accueilli l'Expo 2015, Milan s'est imposée comme l'une des villes les plus dynamiques et les plus désirables d'Italie : la plus cool en fait. Elle a fait l'objet d'importantes améliorations esthétiques, se transformant en une destination captivante qui a attiré l'attention des touristes du monde entier. Toutefois, cette popularité croissante a également fait de Milan une cible de choix pour un marché immobilier en plein essor, qui a laissé une marque distincte sur le tissu social de la ville. Comme c'est souvent le cas dans les zones urbaines connaissant un embourgeoisement rapide, l'escalade des coûts de l'immobilier et des loyers a donné lieu à une série de politiques d'exclusion, certaines plus "douces" que d'autres.

Dans un récent pamphlet sur "l'invention de Milan", Lucia Tozzi affirme que "dans une ville où les inégalités augmentent, où la justice éducative languit, où les services sont privatisés, où les emplois sont précaires et où l'air est mauvais", et pour atteindre "un état d'excitation superflue" où la dissidence est bannie, un effort de communication énorme et omniprésent est nécessaire. Cet "urbanisme sinistre" engendre un sentiment perpétuel de malaise et de désespoir.

Alors qu'en surface, le paysage urbain peut projeter une image de fraîcheur et d'attrait général, sous la façade, l'"autre" peut représenter une menace potentielle. Cet "autre" peut être perçu comme un rival implacable, un agresseur ou une cause de perturbation et d'incivilité, tapi au milieu de ce qui semble être un récit harmonieux de la vie urbaine.

C'est là qu'intervient le thème de la vigilance en matière de vidéosurveillance.

2. Vidéosurveillance, criminalité, médias et politique

Dans une étude approfondie de la vidéosurveillance dans les villes italiennes, Zambelli souligne que "depuis au moins quinze ans, la vidéosurveillance est la quintessence de la politique technologique des administrations municipales italiennes", afin de les positionner "sur les marchés internationaux des villes surveillées, "intelligentes" et sécurisées".

Comme l'explique Tatiana Lysova dans son excellente thèse de doctorat, la population italienne est moins préoccupée par le respect de la vie privée lié à la mise en œuvre de la vidéosurveillance, car celle-ci est considérée dans la société comme un outil de sécurité.

Cette situation est en effet précaire, car elle peut favoriser l'idée de confier le contrôle des rues à des mécanismes de boîte noire, encourageant potentiellement les administrations à adopter une approche plus secrète de la gestion des données collectées et de l'imagerie des citoyens. L'Italie offre des protections de la vie privée et des réglementations relativement solides en matière de vidéosurveillance. Cependant, l'étendue et les détails de ces protections ne sont pas toujours connus du grand public. Le langage alambiqué et hautement bureaucratique utilisé par les institutions gouvernementales a toujours constitué un obstacle supplémentaire à la compréhension et à la mise en œuvre efficace de ces protections.

Plus précisément, Milan est la ville italienne où l'on recense le plus grand nombre de délits, en particulier de vols et de crimes de rue, mais les crimes violents sont rares : par exemple, il y a eu 19 homicides en 2022.

Les médias, cependant, contribuent à maintenir un fort sentiment d'insécurité ; et au lieu de dissuader les comportements violents, en particulier à l'égard des femmes, par des politiques inclusives, les politiciens préfèrent investir dans la répression ou laisser les personnes privées contribuer à des formes de contrôle territorial.

Les premières installations de caméras dans la ville datent de 1997 : en fait, Milan est l'une des premières à utiliser la vidéosurveillance pour lutter contre la micro-criminalité et accroître la perception de la sécurité.

Selon le rapport national 2022 sur l'activité de la police locale, en 2021, 27 233 caméras de vidéosurveillance ont été installées dans les 142 communes analysées. Milan est la première avec 2 272 caméras, plus que Rome, bien plus grande (2 123 caméras). Elle n'atteint pas les chiffres de Moscou ou de Londres (équipées respectivement de 17 et 13 installations pour 1 000 habitants) mais, proportionnellement, elle s'inscrit dans la tendance mondiale.

Mais il est crucial d'ajouter les presque 9 000 caméras contrôlées par ATM, la société locale de transport public (elles étaient 6 100 en 2019), placées dans les gares, les abris, les transports publics et les passages à niveau. En outre, Milan et neuf autres municipalités ont conclu des accords avec des particuliers (copropriétés et commerçants) pour l'accès aux caméras qu'ils ont installées.

Selon des estimations non officielles citées par Zambelli, il y a près de dix ans (et juste avant l'Expo2015), il y avait **"environ 12 000 dispositifs à usage mixte". On peut donc estimer, de manière très approximative et probablement très sous-estimée, le nombre réel de caméras de surveillance dans la ville à 23-25 000.

3. Douceur et disparité

L'afflux croissant de touristes et la forte rotation des résidents, souvent due à l'augmentation du coût de la vie, ont donné naissance à une population de plus en plus désengagée ou sans lien profond avec la mémoire historique et culturelle de la ville. Dans ce contexte, Milan est principalement perçue comme un espace utilitaire, l'accent étant mis uniquement sur ses aspects branchés et attrayants. L'histoire et le patrimoine urbains authentiques semblent être relégués au second plan, la ville étant avant tout appréciée pour son facteur "cool".

Mais c'est son exubérance linguistique qui démasque la nature des idées sous-jacentes. Nous ne proposons que deux exemples contrastés.

Milano4You est un "quartier numérique capable d'offrir un nouveau modèle et un nouveau style de vie en phase avec les besoins émergents des communautés" : dans son flou lexical, le projet est lié aux pratiques de green-washing et au "bien-être accessible", mais reste le privilège de quelques-uns.

Au contraire, en inaugurant le 26 octobre 2022 l'installation de nouvelles caméras dans un quartier prolétaire et sous-prolétaire de San Siro - Segesta - Selinunte, le conseiller régional Alan Rizzi a déclaré sur procès-verbal qu'elles "sont définitivement dissuasives parce qu'elles servent aussi de prévention contre l'illégalité et le squat". Il ne fait pas la distinction, par exemple, entre le racket criminel et le squat pour des besoins existentiels, et ne mentionne pas du tout la situation dramatique des logements publics de Milan.

Ces différences de rhétorique soulignent que la ville se montre également inégale en matière de surveillance. Ainsi, une disparité narrative apparaît également : dans un quartier huppé et embourgeoisé, les caméras assurent la sécurité annoncée ; dans un quartier prolétaire, elles induisent la répression.

4. Conclusion

L'excès de surveillance numérique ne pose pas seulement des problèmes de protection de la vie privée ; il favorise également la dévaluation implicite de l'altruisme social et l'érosion des structures communautaires de quartier au nom de l'individualisme effréné, dont Milan s'est toujours fait le champion. La ville devient une somme quasi publique d'espaces privés ; un lieu non pas pour les gens mais pour les investisseurs, qui doit donner une impression de beauté et de sécurité et non une réalité vraie parce que les citoyens sont secondaires.

Tragiquement, comme effet secondaire, les citoyens moins aisés deviennent les cibles de l'exclusion, non seulement dans le discours officiel, mais aussi dans leur présence physique dans les rues. Alors que les caméras de vidéosurveillance peuvent apparaître comme une technologie neutre, leur installation à proximité de zones où résident des personnes économiquement défavorisées peut perpétuer la discrimination. En outre, elles contribuent à renforcer les préjugés à l'encontre de ceux qui sont plus susceptibles de se trouver dans les espaces publics et qui, de ce fait, font l'objet d'une surveillance et d'un contrôle accrus. Cela renforce le cycle troublant de l'inégalité et de l'injustice sociale dans la ville.

En conclusion : loin de faire partie intégrante d'une smart city, la vidéosurveillance embellit parfaitement l'habit milanais, couvrant ses ambitions cyniques et dessinant un scénario commun à toutes les métropoles occidentales. Il est donc essentiel de répondre à un récit intégré de coolitude par un autre, plus réaliste et radical.