Cambridge (en anglais)
19 juillet 2021

La surveillance est reine, l'entrepreneuriat est l'un de ses représentants

Mateus Guzzo

Mateus Guzzo, chercheur associé à l'Institut Edgelands, explore l'interaction entre les technologies de surveillance et l'esprit d'entreprise.

Un homme se tient à l’extérieur, avec un plan d’eau derrière lui, tenant une perche à selfie tout en parlant dans un microphone.

Still : Gestionnaire du Tiers-Monde (2021). Réalisé par Mateus Guzzo

Un animateur de radio indigène, activiste médiatique, tient une perche à selfie sur les rives de la rivière Guamá, dans la forêt amazonienne, au nord du Brésil. Il parle dans un micro miniature de la « démocratisation des médias » – en direct sur Facebook – devant un public de dizaines de personnes. La séquence d’ouverture du documentaire Third World Manager (2021) dépeint l’amalgame précaire et déroutant des technologies de l’information avec le tissu social urbain, même dans les villes les plus périphériques de la planète. Angelo Tupinambá, le personnage principal du film, guide le spectateur dans la navigation dans le paysage entrepreneurial (pré-pandémique) de Belém do Pará – dans le cadre de sa quête pour commercialiser et développer sa station de radio Web militante de 15 ans par le biais de plateformes en ligne. Tout en plaidant pour un accès plus démocratique et une refonte publique des systèmes de communication, Angelo utilise toutes les plateformes numériques, y compris les plateformes privées, pour faire passer son message. Cette image de la ville amazonienne est moins une exception à la façon dont les technologies émergentes changent la vie quotidienne, mais plutôt une règle : les plateformes numériques sont désormais la condition de l’architecture urbaine. 


Dans le documentaire (comme au quotidien), nous voyons Angelo remplir diverses fonctions en son rôle d'entrepreneur numérique. Il travaille comme communicateur et créateur de contenu sur YouTube, afin d'éduquer divers publics sur le rôle et l'importance de la communication de proximité. Il coordonne également plusieurs mouvements sociaux autour des questions de responsabilité, de démocratisation et de représentation des médias sur WhatsApp. Angelo joue alors souvent les rôles de technicien audio, d'éditeur son, de programmateur radio, et même de coordinateur pour sa radio en ligne appelée" Idade Mídia - Civic Communication". Enfin, la webradio étant aussi diffusée sur Facebook, il endosse la fonction de médiateur culturel et tient, par conséquent, des ateliers à l'échelle locale. Si Angelo fait tout cela pour payer son loyer et s'offrir un accès à Internet, il entend, sur le long terme, acquérir des dons indépendants et des abonnements payants via des plateformes de crowdsourcing.

Comme nous pouvons le constater, les plateformes numériques ne se contentent pas d'offrir des services "habituels" sous forme "numérique" ; elles modifient considérablement le fonctionnement de notre société. Selon Tarleton Gillespie, les plateformes fonctionnent à bien des égards comme des modérateurs, répartissant le travail et les responsabilités entre leurs utilisateurs. Cela est particulièrement vrai lorsqu'on pense aux questions de travail et de précarité qui se sont accélérées pendant la pandémie, avec l'essor des plateformes de micro-tâches et de livraison ; mais ce processus opère également de manière plus subtile à l'échelle sociopolitique et culturelle. En obligeant les utilisateurs à s'autogérer, les travailleurs des plateformes sont élevés à la condition de "partenaires" dans le contrat social des plateformes numériques. Ce flou sémantique permet une ré-ingénierie des relations sociales et du travail: malgré le" sentiment de propriété psychologique" que développent les utilisateurs envers ces plateformes, la réalité demeure bien différente.

Si, même avant la COVID-19, les plateformes numériques géraient déjà de nombreux aspects du quotidien en ville - comme la mobilité urbaine, les transactions financières et l'accès à l'information- l'urbanisme de confinement a accéléré de façon spectaculaire la numérisation de l'espace public et de ses infrastructures. Le modèle prédominant de la gestion des données et de la surveillance urbaine post-pandémie est celui où les grandes institutions (gouvernements, forces étatiques ou sociétés privées) utilisent les données des citoyens pour maximiser l'efficacité de leurs services et étendre la portée de leur influence. Les retombées peuvent être positives comme négatives. Par exemple, le stockage et l'analyse de données de santé publique ont permis d'atténuer les infections au COVID-19. De même, l'espionnage militaire et l'espionnage d'entreprise a permis la dernière fuite d'informations concernant le groupe NSO, qui a activement espionné des activistes, journalistes et ONG dans le monde entier. A cet effet, il convient de prendre conscience que l'activité quotidienne d'Angelo, comme celle de beaucoup d'autres, est fortement conditionnée par son interaction avec les plateformes numériques.

Comme nous l'avons vu, l'agitation qu'implique l'interaction avec ces plateformes n'est pas seulement sociale, mais aussi psychologique. Associées à l'histoire de la dépendance économique et du sous-développement du tiers monde, les plateformes accélèrent également l'individualisme, la compétitivité et la flexibilisation des droits et valeurs. Dans son livre Chasing Innovation, le Dr Lilly Irani décrit comment les gens "rassemblent toutes les ressources dont ils disposent (...) pour créer des opportunités qui promettent de la valeur ajoutée aux investisseurs". La citoyenneté entrepreneuriale, comme l'appelle Irani, est optimisée par la surveillance. Au-delà de la surveillance des communications numériques par les gouvernements et de l'utilisation active des plateformes de communication pour biaiser les élections dans le monde entier (Brexit, Brésil, États-Unis et au-delà), l'infrastructure de surveillance produit plus que de simples données : elle crée des sujets. Autrement dit, en plus des processus d'extraction et de prédiction qui modélisent le comportement public à travers les données, un réel récit idéologique est produit par les structures graphiques, relationnelles et opérationnelles d'auto-exploitation et de démobilisation.

La voie à suivre a fait l'objet d'un débat animé dans les milieux universitaires. Du point de vue des pro-technologues, comme Benjamin Bratton, nommer le problème "surveillance" -critique implicite des sociétés de contrôle- équivaut à jeter les "bonnes" technologies avec l'eau du bain. Stephanie Sherman propose alors qu'au lieu de recycler la théorie du panopticon de Foucault pour décrire des technologies complexes, multimodales et multiperspectives, une nouvelle théorie socio-politique est nécessaire pour comprendre les sociétés contemporaines "polyopticon" -terme décrivant les différentes parties prenantes impliquées dans la conception, la mise en œuvre et la maintenance des systèmes des villes intelligentes. Aussi, dans une perspective postcoloniale, Paula Chakravartty souligne que le développement technologique et les modèles commerciaux occidentaux ne sont pas seulement façonnés et alimentés par des modèles d'urbanisation extractivistes, individualistes et coloniaux, mais sont eux-mêmes moteurs de colonialité. Nick Couldry et Ulisses Meijas alertent  également de la "réalité coloniale, pas une métaphore, dans laquelle nous vivons et dont nous devons sortir", et expliquent les "relations de données" par lesquelles les utilisateurs s'engagent avec les interfaces, les plateformes, les infrastructures, les technologies. Jusqu'où peut aller la complexité de la question du développement des systèmes socio-techniques urbains ? Angelo Tupinambá, de Belém do Pará, pourrait bien nous donner un indice!

Comme cette question doit être élargie, le paradigme de la "démocratie médiatique" -défendu par Angelo Tupinambá et de nombreux autres militants- nous incite à réfléchir au contenu d'un nouveau contrat social, mais aussi à sa forme. Dans la mesure où plusieurs villes sont façonnées par un capitalisme de surveillance "à plateformes", il est essentiel d'élargir le champ d'analyse et de placer les processus sociaux et culturels marginaux au centre de la question. Ceci conduira à redéfinir la manière dont les gens interagissent avec les infrastructures médiatiques, la manière dont ils communiquent et la manière dont ils décident collectivement. 

RÉFÉRENCES

[1] Gestionnaire du Tiers-Monde (2021). Réalisé par Mateus Guzzo.

[2] Idade Mídia - Comunicação para Cidadania.

[3] Gardiens de l’Internet, Tarleton Gillespie.

[4] Gestion du (tiers) monde, Bill Cooke.

[5] Le nouveau prolétariat de service, Ricardo Antunes.

[6] 18 leçons pour l’urbanisme de quarantaine, Benjamin Bratton.

[7] Fuite de Pegasus. Le Gardien.

[8] À la poursuite de l’innovation, Lilly Irani.

[9] Les hackathons et la création de la citoyenneté entrepreneuriale, Lilly Irani.

[10] La revanche du réel, Benjamin Bratton.

[11] Le Polyoptique, Stephanie Sherman.

[12] Les données comme instrument de la collonialité, Paula Chakravatty et al.

[13] Colonisé par les données, Nick Couldry