24 octobre 2023

Les caméras de vidéosurveillance de Nairobi sont-elles fiables ?

Phionah Uhuru

Le texte de Phionah Uhuru souligne la situation alarmante en matière de sécurité dans les villes kenyanes, en particulier à Nairobi, qui a connu une augmentation de 14,4 % des crimes signalés en 2021. Le texte soulève également des questions sur la fiabilité des systèmes de vidéosurveillance pour répondre aux défis de sécurité de la ville.

Caméras de vidéosurveillance

Introduction

Les villes kenyanes ont été confrontées à de graves menaces de sécurité au fil des ans. Selon un [rapport d'une étude menée par le Bureau national des statistiques du Kenya (KNBS)](https://www.kenyans.co.ke/news/75353-govt-report-shows-most-insecure-countries-kenya-list#:~:text=Un rapport du Bureau national des statistiquesdu Kenya, de 14,4 % de 5%2C844 en 2021.), Nairobi est en tête de liste des villes les plus insécurisées du Kenya sur la base du nombre de crimes signalés à la police en 2021. Les cas signalés à Nairobi étaient au nombre de 6686 - soit une augmentation de 14,4 % par rapport à l'année précédente. Les habitants s'inquiètent de la crise de la sécurité dans la ville. Beaucoup craignent que les criminels et les gangs aient pris le contrôle de la ville, les victimes les plus visées étant les solitaires et les femmes qui se promènent dans la ville. Les habitants ont demandé au gouvernement d'installer des lampadaires et des caméras de vidéosurveillance pour renforcer la sécurité dans la ville. Pour en savoir plus, regardez les préoccupations ici. En conséquence, l'installation de caméras de télévision en circuit fermé (CCTV) dans les espaces privés et publics s'est multipliée dans le but de contrôler, de détecter et de poursuivre les délits. Un système de télévision en circuit fermé est décrit comme une télévision qui observe et surveille les zones destinées à être couvertes par le système, puis transmet des signaux et des images en boucle fermée. Environ 42 caméras de vidéosurveillance ont été installées dans le quartier central des affaires de Nairobi (CBD) dans le cadre du projet de système intégré de surveillance urbaine pour l'agglomération de Nairobi. Les forces de sécurité s'appuient fortement sur ces caméras pour traquer les criminels impliqués dans des agressions, des détournements de voiture, des agressions physiques et sexuelles, des kidnappings, des enlèvements, des meurtres et des vols. Toutefois, la question s'est toujours posée de savoir si les caméras de télévision en circuit fermé étaient fiables.

Perceptions de la communauté - Les caméras sont-elles objectivement bénéfiques ?

Il ne fait aucun doute que la présence de caméras de surveillance crée un sentiment de sécurité chez la plupart des habitants. Les gens se sentent plus en sécurité et plus protégés dans les endroits et les zones où des caméras de surveillance ont été installées. Toutefois, il n'est pas certain que les caméras renforcent réellement la sécurité plutôt que de créer un "sentiment" de sécurité. Les caméras ont également permis de détecter un certain nombre d'activités criminelles dans la ville. Un certain nombre de vols ont été filmés par les caméras de vidéosurveillance à Nairobi, pour en voir quelques-uns, cliquez ici et ici. Cependant, dans ce billet, j'attire l'attention des lecteurs sur la célèbre affaire Willie Kimani, où des images de caméras de vidéosurveillance ont été utilisées au tribunal comme preuve dans une affaire de meurtre. Il y a six (6) ans, un avocat militant des droits de l'homme, Willie Kimani, son client et un chauffeur de taxi ont disparu après s'être occupés d'une affaire au tribunal et n'ont jamais été revus. Leurs corps ont été retrouvés cachés dans des sacs en toile de jute et jetés dans une rivière. Les policiers qui enquêtent sur cette affaire ont présenté des images de vidéosurveillance et des dispositifs de localisation de voitures qui ont révélé comment les trois personnes ont été enlevées puis assassinées. Dans cette affaire, les images de vidéosurveillance ont permis de retracer le meurtre de l'avocat militant des droits de l'homme et de trois autres personnes. Une déclaration de culpabilité a été établie et les criminels ont été condamnés.

D'un autre côté, de nombreux Kenyans se méfient encore de la valeur du système de vidéosurveillance pour les habitants. L'insécurité est toujours présente dans les endroits où des caméras de vidéosurveillance ont été installées, les criminels commettent des crimes sous l'œil des caméras de vidéosurveillance et disparaissent dans la nature pour ne plus jamais être retrouvés. Les criminels ne se soucient pas seulement de la présence des caméras de vidéosurveillance. De plus, la fiabilité des systèmes est souvent remise en question car, dans la plupart des cas, il n'est pas possible d'obtenir des images et des chiffres clairs à partir des séquences filmées. Dans de nombreux cas, les caméras de vidéosurveillance n'ont pas réussi à rétablir la sécurité ou au moins à contenir les criminels. La société se demande alors si les caméras sont objectivement bénéfiques et/ou nécessaires.

Il a également été signalé que 26 des 42 caméras de vidéosurveillance installées dans le quartier central des affaires de Nairobi (CBD) ne sont pas opérationnelles. Malheureusement, peu d'habitants sont au courant de ce fait. En outre, l'insécurité a également été constatée dans les quartiers huppés de Nairobi, comme Karen, malgré les mesures de sécurité élevées prises par les habitants de ces quartiers, notamment les caméras de vidéosurveillance, les gardes privés, les clôtures électriques et les murs plus élevés. Karen, un quartier résidentiel très surveillé de Nairobi, a déjà été victime de vols et de violences par le passé. Il est donc clair que les caméras de vidéosurveillance ne sont pas totalement utiles pour contrôler la sécurité. Le contrôle de la sécurité à Nairobi exige beaucoup plus. Outre la protection des citoyens contre les criminels et les terroristes, les droits constitutionnels à la vie privée et à la liberté d'association doivent être respectés et protégés lors de l'utilisation des caméras de vidéosurveillance. Les caméras de surveillance et les systèmes de collecte de données personnelles non supervisés ont un impact sur les droits de l'homme tels que le droit à la vie privée, la protection des données, la liberté d'association et d'expression. Les caméras valent-elles alors la peine de sacrifier la vie privée des résidents ?

L'utilisation de caméras menace-t-elle les libertés civiles et la vie privée ?

L'objectif de l'installation des caméras de vidéosurveillance est d'améliorer la sécurité publique. Toutefois, il convient de veiller à ce que la vidéosurveillance ne menace pas la liberté civile et la vie privée. Le déploiement de caméras de surveillance de masse rend pratiquement impossible pour les résidents de discerner les formes de communication et de stockage de données qui sont sécurisées. Des études ont montré que la surveillance et/ou le fait d'être "surveillé" peuvent restreindre la capacité des résidents à s'associer ou à participer à la vie sociale et culturelle dans les espaces publics.

Le déploiement de caméras de vidéosurveillance risque également d'ancrer une culture de la surveillance dans laquelle les acteurs publics et le gouvernement surveillent en permanence les activités et les mouvements des citoyens, interférant ainsi avec la liberté d'association, la liberté d'expression et le droit au respect de la vie privée. Ces caméras doivent être déployées de manière à préserver la vie privée, la responsabilité, la liberté d'association et la liberté d'expression. La question se pose donc de savoir s'il existe une politique de vidéosurveillance et/ou un engagement communautaire à Nairobi ou un activisme sur les caméras de vidéosurveillance pour sensibiliser la population.

Le gouvernement kenyan s 'est engagé dans un processus de réglementation de l'utilisation des caméras de télévision en circuit fermé au Kenya. Il a élaboré un projet de politique de vidéosurveillance qui vise à guider l'installation, le fonctionnement et la gestion de tous les systèmes de vidéosurveillance dans les locaux publics et privés. Selon le projet de politique de vidéosurveillance, les entreprises, les organisations et les installations ont l'obligation de s'assurer que les zones dans lesquelles elles opèrent sont couvertes par des systèmes de vidéosurveillance. L'installation, la gestion et l'exploitation du système de vidéosurveillance ont pour but de contrôler la criminalité et de garantir la sécurité publique. La politique exige également que tous les systèmes de vidéosurveillance installés dans le pays soient enregistrés et exploités conformément à la politique. En outre, l'installation et la gestion des caméras doivent faire l'objet d'un audit régulier. L'accès au système et aux images enregistrées sera contrôlé afin d'éviter les manipulations et les visionnages non autorisés.

En outre, l'utilisation de caméras de vidéosurveillance nécessite également de se conformer à la loi sur la protection des données de 2019, car cette utilisation implique le traitement de données personnelles, y compris des photographies et des vidéos de personnes résidant à Nairobi. Il est donc nécessaire d'assurer la transparence des images de vidéosurveillance, de minimiser la collecte des données, d'assurer la sécurité des données et, surtout, de procéder à une évaluation de l'impact sur la protection des données. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de rapport d'audit et/ou d'évaluation de l'impact sur la protection des données concernant la manière dont les caméras de vidéosurveillance sont installées, gérées et utilisées dans les espaces publics de Nairobi. Une décision de justice a toutefois été rendue sur l'utilisation des caméras de vidéosurveillance dans les maisons et les espaces domestiques. Le 31 mai 2023, la Haute Cour du Kenya, dans l'affaire Ondieki v Maenda (Pétition E153 de 2022), a accueilli une requête pour violation du droit à la vie privée dans le contexte de l'installation de caméras de vidéosurveillance dans une zone résidentielle.

Conclusion

Bien que les caméras de surveillance soient principalement installées pour des raisons de sécurité, comme nous l'avons vu plus haut, des problèmes de protection de la vie privée se posent. Les caméras de surveillance et les systèmes de collecte de données personnelles non supervisés ont un impact sur les droits de l'homme tels que le droit à la vie privée, la protection des données, la liberté d'association et d'expression. Il faut trouver un équilibre entre les préoccupations en matière de respect de la vie privée et les objectifs de sécurité. Certes, l'équilibre entre vie privée et sécurité est une tâche délicate, mais elle est essentielle pour garantir que les caméras de vidéosurveillance sont de plus en plus contrôlées afin de s'assurer qu'elles sont justes, sûres et respectueuses des droits de l'homme concernés.

Les caméras de surveillance recueillent une grande quantité d'informations, d'images et de vidéos personnelles. Les droits individuels à la vie privée, à la liberté d'expression et d'association peuvent être compromis. Des rapports d'audit et d'évaluation d'impact fréquents sont nécessaires pour permettre aux citoyens de prendre des décisions en connaissance de cause. Il est également nécessaire de mener des campagnes de sensibilisation du public sur l'utilisation des caméras de vidéosurveillance, leur utilité et les violations probables. J'appelle donc les différents acteurs concernés à prendre en compte l'impact social de ces systèmes lors de l'élaboration des politiques et avant leur installation et leur utilisation. J'invite également le public à rester vigilant et à participer aux discussions sur l'installation, la gestion et l'utilisation des caméras de vidéosurveillance à Nairobi.