15 février 2024

Dépasser les solutions technologiques rapides : Une approche centrée sur les personnes pour la sécurité urbaine numérique dans les villes africaines

Dorcas Nyamwaya

Les problèmes de sécurité urbaine dans les villes africaines ont incité les gouvernements à investir massivement dans les technologies de surveillance numérique. Ce billet plaide en faveur d'une évolution vers l'engagement public et l'implication des communautés dans le déploiement et la mise en œuvre de ces technologies.

Affiche affirmant que "les grandes données vous observent".

L'approche actuelle

Les gouvernements du continent africain ont souvent présenté l'acquisition de technologies de surveillance numérique comme une solution aux problèmes structurels de longue date de l'insécurité urbaine, les présentant comme essentielles pour assurer la sécurité publique. Actuellement, la plupart de ces gouvernements ont mis en œuvre des programmes de prévention de la criminalité qui englobent le déploiement de technologies de surveillance. Une étude portant sur certains de ces programmes estime que les gouvernements africains dépensent collectivement plus d'un milliard de dollars par an pour la surveillance numérique. L'étude souligne la dépendance à l'égard des acteurs étrangers pour la fourniture de ces technologies : la Chine domine la fourniture de technologies de surveillance de l'espace public, les États-Unis et le Royaume-Uni excellent dans la surveillance des médias sociaux, l'Allemagne, l'Italie et Israël sont en tête pour l'exportation de logiciels malveillants de piratage de téléphones portables, et le Royaume-Uni est en tête pour les fausses tours de téléphonie mobile (IMSI-catchers) conçues pour l'espionnage des utilisateurs de téléphones portables.

L'examen de l'intégration des systèmes de sécurité publique dans les villes africaines met en évidence l'absence notable de considération pour la population. Au contraire, les intérêts géopolitiques, l'influence étrangère et les dynamiques politiques locales jouent un rôle clé, étant donné que la plupart de ces projets sont financés par des accords bilatéraux et des prêts qui impliquent l'achat de paquets de technologies de surveillance. Il en résulte souvent une situation où les éléments cruciaux que sont les besoins et les intérêts de la population sont négligés, laissant le coût final à la charge de ceux-là mêmes que ces systèmes sont censés protéger.

Les pièges de l'approche actuelle

L'approche actuelle a eu pour effet de transformer de nombreuses villes africaines en bancs d'essai pour des technologies nouvelles, non testées et parfois non réglementées, les gouvernements s'efforçant constamment de "rattraper" les tendances technologiques actuelles. Par conséquent, la plupart des gouvernements africains ont tendance à accepter des compromis importants, en donnant la priorité au progrès sous la forme d'une avancée des capacités technologiques au détriment de la participation du public et de la sécurité publique. En fin de compte, le déploiement de ces technologies de surveillance ne s'appuie pas sur les besoins réels de la population, mais donne la priorité à d'autres considérations qui peuvent ne pas correspondre au bien-être général des communautés concernées.

  • Au Zimbabwe, en l'absence de mesures solides de participation du public et de responsabilisation, l'État a conclu un partenariat stratégique avec Cloudwalk, une startup d'IA basée à Guangdong, afin de mettre en place un programme de reconnaissance faciale de masse pour les forces de l'ordre et les opérations de criminalistique numérique. L'initiative, financée par l'initiative "la Ceinture et la Route" (ICR), a été présentée comme un accord mutuellement bénéfique. Toutefois, un examen plus approfondi a révélé que Cloudwalk fournirait des technologies de surveillance de masse haut de gamme en échange de l'identification faciale de Zimbabwéens qui seraient utilisés pour s'entraîner afin d'améliorer leur précision. Cet arrangement a suscité des inquiétudes liées au colonialisme numérique et à la mise en péril des droits à la vie privée des Zimbabwéens. Il a également soulevé des questions éthiques, car les identifiants faciaux des citoyens zimbabwéens étaient essentiellement utilisés comme des marchandises sans leur consentement, afin de positionner la Chine en tête de la course aux technologies de reconnaissance faciale. L'incapacité des citoyens à contribuer au déploiement de ces technologies permet une exploitation rampante par des entreprises privées dans l'espace de reconnaissance faciale sans protection juridique adéquate pour les personnes.
  • En Ouganda, 126 millions de dollars ont été investis dans l'acquisition de plateformes de sécurité publique basées sur l'IA pour faire face à l'augmentation des crimes violents dans la capitale du pays, Kampala. Les organisations locales de défense des droits civils et les dirigeants de l'opposition en Ouganda ont fait valoir que l'adoption de ces systèmes a conduit à une surveillance extra-légale et à l'interception des communications des dirigeants de l'opposition.

Bien que ces technologies aient le potentiel d’améliorer la prestation de services, l’application de la loi et l’efficacité administrative, leur déploiement témoigne souvent d’un manque préoccupant de sensibilisation du public et de directives d’utilisation claires. De plus, il n’y a pas suffisamment de mesures pour assurer la transparence et la responsabilité dans l’acquisition de ces technologies de surveillance, ainsi que des politiques pour s’assurer que les agences gouvernementales tiennent compte de l’impact de ces technologies sur les libertés civiles et la confiance du public, ainsi que de son coût financier et de ses avantages potentiels pour la sécurité publique.

Une approche alternative

Une autre perspective consiste à considérer la transformation numérique comme un processus guidé par l’humain, facilité par la technologie et centré sur les besoins de la communauté. Dans cette optique, les gouvernements africains peuvent adopter une position stratégique et proactive qui implique activement leurs citoyens tout en protégeant les droits de l’homme dans le déploiement des technologies de surveillance. Cette approche centrée sur les personnes est essentielle pour s’assurer que l’adoption de ces technologies se concentre sur l’amélioration de la qualité de vie tout en donnant la priorité à la durabilité, à l’inclusion, à la prospérité et aux droits de l’homme pour le bénéfice collectif de tous.

Dans la ville de Seattle, le public a la possibilité d’évaluer les coûts et les avantages des technologies de surveillance d’acquisition, y compris l’équipement, le matériel et les logiciels, avant leur déploiement. L’ordonnance en vigueur oblige les services municipaux à préparer un rapport sur l’impact de la surveillance, qui comprend un examen approfondi des implications en matière de vie privée et de l’impact sur les libertés civiles, en mettant l’accent sur l’équité et l’impact sur la communauté, sur toutes les nouvelles technologies de surveillance. Il exige en outre la tenue de réunions communautaires et de activités de sensibilisation avant l’approbation du Conseil municipal, exige la publication rigoureuse de rapports d’impact sur la surveillance et d’évaluations de l’impact sur l’équité, et décrit un processus systématique qui comprend un inventaire des technologies de surveillance existantes. L’ordonnance prévoit également une cause d’action, permettant au public de faire appliquer la loi devant les tribunaux, si nécessaire, renforçant ainsi l’engagement en matière de responsabilité et de contrôle juridique.

La ville d’Oakland adopte une approche similaire à celle de Seattle en ce qui concerne les rapports d’impact et l’engagement du public et de la communauté. En outre, les services municipaux sont tenus de soumettre un rapport complet détaillant leurs plans d’utilisation des nouvelles technologies de surveillance, en précisant les données collectées, leur période de conservation et les entités ayant accès aux données. Notamment, un organisme de surveillance, connu sous le nom de Commission consultative sur la protection de la vie privée, est mis sur pied pour aider la Ville à mettre en œuvre la présente politique et pour fournir des conseils et une assistance technique au personnel de la Ville sur la façon de protéger le droit à la vie privée des citoyens dans le cadre de l’achat et de l’utilisation par la Ville d’équipement de surveillance et d’autres technologies.

Conclusion

Il est nécessaire de réévaluer les programmes de surveillance numérique dans les villes africaines. S’inspirant des politiques mises en œuvre dans des villes telles que Seattle et Oakland, les villes africaines devraient adopter une approche centrée sur les personnes afin de garantir des systèmes de sécurité publique plus responsables, responsables et efficaces qui donnent la priorité à la population et veillent à ce que les progrès technologiques servent le bien collectif tout en respectant les droits et libertés fondamentaux.