15 février 2024

La révolution de la surveillance à Delhi : Comment le projet de vidéosurveillance de la ville redéfinit la sécurité, mais soulève des inquiétudes quant au droit à la ville

Rituraj Pegu

Dans ce billet, notre boursier 2023 Rituraj Pegu se penche sur le paysage urbain dynamique de Delhi.

New Delhi, Inde

Ravi Sharma pour Unsplash

Dans le paysage urbain dynamique de Delhi, une initiative transformatrice prend forme à travers le projet Delhi City Surveillance CCTV, mené par le Département des travaux publics (PWD) sous l'égide du gouvernement du Territoire de la capitale nationale (NCT) de Delhi. Ce projet ambitieux vise à révolutionner le paysage de la sécurité publique, en mettant l'accent sur l'amélioration de la sécurité des habitants de la ville, en particulier des femmes. L'omniprésence de l'infrastructure de surveillance nécessite toutefois une enquête nuancée sur l'empiètement potentiel sur le cadre théorique du "droit à la ville". Enraciné dans la sociologie urbaine, ce concept postule le droit fondamental des citoyens à façonner et à utiliser activement leur environnement urbain. Alors que Delhi devient l'une des villes les plus surveillées au monde, un discours critique émerge, contemplant l'équilibre délicat entre la sécurité publique et la sauvegarde des droits intrinsèques de ses habitants à participer à la co-création de leur environnement urbain. Cette juxtaposition suscite une réflexion sur les dimensions éthiques, juridiques et sociales inhérentes au déploiement des technologies de surveillance dans le tissu urbain.

Le dilemme de la décentralisation : Équilibrer la sécurité et la protection de la vie privée

L'un des aspects remarquables du projet réside dans l'engagement actif des communautés pour assurer leur sécurité, les associations de résidents et de marchés jouant un rôle crucial dans le processus de surveillance. Cela permet non seulement de renforcer l'efficacité de la surveillance, mais aussi d'encourager le partage des responsabilités entre les habitants, en favorisant la collaboration avec la police et le département des travaux publics (PWD), pour une synergie unique dans le maintien de la sécurité publique.

Toutefois, l'approche de la décentralisation, tout en donnant aux communautés les moyens d'agir, suscite des inquiétudes quant aux risques d'abus en matière de surveillance. Les capacités du système, y compris les contrôles de santé automatisés et la surveillance à distance par diverses entités, créent un équilibre délicat entre la sécurité et la vie privée. Alors que le gouvernement obtient un accès sans précédent à la vie quotidienne des citoyens, les questions relatives à l'étendue de la surveillance et aux garanties mises en place deviennent cruciales.

La surveillance à travers le prisme du droit à la ville

Inventé par Henri Lefebvre, le "droit à la ville" désigne le droit collectif des citoyens à participer activement à l'élaboration, à la conception et à l'utilisation de leur environnement urbain, en leur donnant le pouvoir d'opérer des transformations en fonction des besoins et des aspirations de la communauté. Dans le contexte de la révolution de la surveillance à Delhi, il est impératif d'examiner de manière critique l'alignement de cette initiative sur les principes fondamentaux du droit à la ville. Cette exploration vise à évaluer l'impact sur l'action des citoyens, en cherchant à discerner si les mesures de surveillance servent à renforcer ou à restreindre leur rôle participatif dans le contexte plus large de la gouvernance urbaine. Les mesures de surveillance étendues soulèvent des inquiétudes quant à la violation de la vie privée des citoyens, de leur liberté de mouvement et de leur droit à la dissidence. Il est impératif d'évaluer si le déploiement des technologies de surveillance peut involontairement restreindre les libertés individuelles et entraver la capacité des citoyens à s'engager dans leur environnement urbain sans contrôle injustifié, mettant ainsi en évidence l'équilibre délicat nécessaire pour prévenir la violation des droits fondamentaux.

Naviguer entre sûreté, sécurité et droits civiques

Il est impératif de veiller à ce que ce renforcement de la sécurité ne se fasse pas au détriment des droits fondamentaux des citoyens. L'installation a été justifiée par le besoin pressant de sécurité publique, en particulier pour faire face aux taux inquiétants de crimes violents contre les femmes et les enfants. Toutefois, une question cruciale se pose : une surveillance aussi poussée se traduit-elle réellement par une réduction de la criminalité, rendant Delhi plus sûr, en particulier pour les femmes ? Un examen plus approfondi des données publiées par la police de Delhi sur les crimes contre les femmes entre 2019 et 2021 révèle une tendance inquiétante. Selon le rapport le plus récent du National Crime Records Bureau (NCRB), Delhi a connu une augmentation substantielle des crimes contre les femmes en 2021, enregistrant 13 892 cas. Il s'agit d'une augmentation notable de plus de 40 % par rapport aux 9 782 cas enregistrés en 2020. Malgré les efforts accrus de surveillance, les crimes contre les femmes ont connu une augmentation significative ces dernières années. Cela soulève des doutes non seulement sur l'efficacité de la stratégie de surveillance, mais aussi sur l'utilisation des fonds publics. Cela souligne la nécessité d'une réévaluation réfléchie de l'équilibre entre les mesures de sécurité et la protection des droits des citoyens dans la ville.

Le respect de la vie privée à l'ère de la surveillance

La prolifération de la surveillance constante incite à un examen critique de l'équilibre délicat entre la sécurité publique et les libertés individuelles. Les experts soulignent le besoin urgent de cadres juridiques solides et de politiques transparentes pour sauvegarder le droit à la vie privée des citoyens, notamment en raison de l'absence de réglementation concernant la collecte et le stockage de données par les systèmes de vidéosurveillance. La reconnaissance faciale, lorsqu'elle est intégrée à ces systèmes, constitue une menace importante pour la vie privée et fait craindre des conséquences disproportionnées pour certaines communautés. L'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale dans le cadre de l'enquête sur les émeutes de 2020 dans le nord-est de Delhi a notamment suscité la controverse, avec des inquiétudes quant aux préjugés potentiels et à l'impact sur les populations musulmanes. En outre, alors que le gouvernement de Delhi étend la portée des caméras de vidéosurveillance dans les écoles, permettant un accès en direct aux parents, les experts mettent en garde contre une telle surveillance en raison de garanties insuffisantes et de violations potentielles de la vie privée, en particulier en ce qui concerne les mineurs. Les critiques soutiennent que des lois complètes sur la protection des données sont essentielles pour sécuriser les images des écoliers et faire face à l'évolution du paysage de la surveillance. Sans ces mesures de protection, le réseau de surveillance risque de se transformer en un outil de contrôle plutôt que de servir l'objectif de sécurité collective auquel il est destiné.

Conclusion : Vers un Delhi inclusif et sûr

En conclusion, la révolution de la surveillance à Delhi marque un changement significatif dans la manière dont la ville gère la sécurité publique, en remodelant sa perspective sur la sécurité urbaine. Cependant, à mesure que ce changement s'opère, il suscite un examen critique de son impact sur le droit à la ville. Tout en adoptant les avancées technologiques, il est crucial pour la ville d'adhérer aux principes d'inclusion, de transparence et de droits individuels. La recherche de cet équilibre délicat donne à Delhi l'occasion de montrer l'exemple en matière de surveillance urbaine, en accordant la priorité à la sécurité et à l'autonomisation des citoyens. Le défi à relever consiste à formuler des politiques qui protègent la vie privée tout en exploitant le potentiel de la surveillance pour le plus grand bien de la communauté.