Medellín
23 avril 2024

Perspectives des citoyens sur la sécurité et la technologie à Medellín

María Camila Roldán et María Andrea González Gutiérrez

Résultats de l'enquête "Let's Talk about the Digitalization of Security", réalisée en partenariat avec Hablemos Medellín

Symposium de Medellín

Depuis 2021, l'Institut Edgelands travaille à Medellín pour favoriser le dialogue et la réflexion sur les effets de la numérisation de la sécurité sur le contrat social urbain. En 2023, dans le contexte des élections locales, nous nous sommes associés à Hablemos Medellín pour faciliter les discussions au sein de la communauté et recueillir les pensées, les idées et les préoccupations des citoyens concernant l'avenir de la ville. Hablemos Medellín est une méthodologie de conversation citoyenne menée par des universités et des organisations privées pour rassembler les opinions collectives sur ce qui doit être changé, amélioré et maintenu dans la ville.

Les conversations ont eu lieu entre juin et juillet 2023 avec 1520 participants. La sécurité est apparue comme un sujet d'intérêt récurrent et important, souvent lié par les participants aux vols, à l'espace public, à la police, à la surveillance, entre autres.

En septembre, une enquête comprenant trois questions démographiques et sept questions relatives à la numérisation de la sécurité a été envoyée par courrier électronique aux 1520 participants de Hablemos Medellín. Cette dernière série de questions portait sur les risques perçus par les personnes interrogées dans la ville, leur approche générale de la surveillance et de la sécurité, leur connaissance des technologies de surveillance à Medellin, leurs connaissances générales sur la sécurité en relation avec la technologie, ainsi que les pratiques des citoyens en matière de sécurité et de protection de la vie privée dans le domaine numérique. En outre, un espace de texte ouvert a été prévu pour permettre aux participants d'exprimer leurs opinions et leurs perceptions sur ces sujets.

Au cours de ce mois, nous avons recueilli un total de 127 réponses, soit un taux de réponse de 8,3 %. Nous présentons ci-dessous quelques résultats clés, tandis que le rapport technique de l'enquête fournit des détails méthodologiques et une analyse plus complets.

Méconnaissance des technologies de sécurité utilisées dans la ville

Une découverte notable a été le manque généralisé de sensibilisation des participants aux types de technologies utilisées dans la ville. En outre, l'accord avec les affirmations suivantes était minime : "Medellín est une ville à la pointe de l'utilisation des technologies pour la sécurité" et "Medellín est une ville à la pointe de l'utilisation de l'intelligence artificielle dans les technologies de sécurité". Il est intéressant de noter qu'en dépit du fait que le gouvernement local intègre souvent l'aspect technologique de la sécurité et ses réalisations dans son discours public, ces perceptions ne correspondaient pas aux points de vue des participants.

La cybersécurité est un défi urgent

En ce qui concerne le risque d'être victime d'un crime, la cybercriminalité est apparue comme le risque perçu le plus élevé en moyenne, suivie par les agressions, les homicides et les abus sexuels dans les espaces publics, dans cet ordre. Cette constatation, associée aux informations fournies par les acteurs clés de l'écosystème de la sécurité de la ville que nous avons interrogés, suscite des inquiétudes et souligne l'urgence d'élaborer des politiques en matière de cybersécurité. En outre, il est urgent d'investir davantage dans la formation d'experts, tant au niveau national que local, afin de lutter efficacement contre ce type de criminalité. La révélation (également documentée dans le rapport final d'Edgelands Medellín) selon laquelle seuls 5 policiers de Bogota sont actuellement formés pour relever de tels défis à l'échelle nationale est particulièrement préoccupante.

Peu d'informations, beaucoup de méfiance

Nos résultats ont révélé un manque général de sensibilisation des personnes interrogées à la fonctionnalité et à l'efficacité des technologies de sécurité et de surveillance. Lorsqu'on leur a présenté une liste de technologies utilisées ou susceptibles d'être utilisées à Medellín, les personnes interrogées n'ont reconnu en moyenne que 51 % des technologies déjà mises en œuvre. Toutefois, ce chiffre est fortement influencé par les taux élevés de reconnaissance des caméras de surveillance (97%) et de la reconnaissance des plaques d'immatriculation (81%). Si l'on exclut ces technologies, seuls 39 % des outils ont été identifiés. Par exemple, Robocop, un système largement discuté dans notre rapport sur les ordonnances locales pour la régulation des technologies de surveillance à Medellín, et une innovation phare pour la sécurité pendant l'administration 2020-2023, n'a été reconnu que par 15% des répondants.

Les informations accessibles aux citoyens se limitent, dans le meilleur des cas, à l'investissement financier et à l'acquisition de technologies par le bureau du maire. Cela laisse place à l'interprétation et à un manque important de connaissances concernant les impacts, les résultats, la mise en œuvre et la réglementation. Ceci est cohérent avec la méfiance exprimée par les personnes interrogées quant à l'utilisation correcte des données personnelles à des fins de sécurité par les institutions gouvernementales et les entreprises privées. C'est pourquoi nous sommes ravis de présenter le premier recueil public des technologies de surveillance utilisées par le gouvernement de Medellín dans le rapport final d'Edgelands Medellín. Nous espérons qu'il contribuera à réduire les lacunes actuelles en matière d'information.

"Le problème est le manque d'information. Je ne sais pas quelles technologies sont utilisées ni dans quel but. Je ne connais pas non plus leur efficacité, ni qui les utilise, ni dans quel but. C'est une question importante pour moi et je me sens frustré de ne pas avoir plus d'informations à ce sujet.
"Je pense que limiter la question de la sécurité à l'utilisation des technologies ne permet pas de transformations réelles et durables. On ne parle pas de resocialisation, de contrôles pour empêcher l'entrée de nouveaux groupes criminels".
"L'amélioration de la sécurité par le biais de dispositifs technologiques présente de nombreux avantages, à condition qu'elle s'accompagne de transparence, de légalité et d'une gestion honnête et éthique des données. Comment pouvons-nous rétablir ce lien de confiance avec l'État ? C'est là, je crois, que réside une grande tâche de transformation culturelle et de travail de mémoire."

Quelques-uns des commentaires en texte libre formulés par les personnes interrogées. Toutes les réponses en texte libre sont documentées dans le rapport technique.

Nous posons la question suivante : si les investissements substantiels dans les technologies de sécurité et le statut acclamé de Medellín en tant que pionnier mondial de l'innovation en matière de sécurité ne se traduisent pas par des améliorations significatives des indicateurs de sécurité, et si - comme le suggère cette enquête - les citoyens eux-mêmes ne semblent pas être conscients de ces investissements, qu'est-ce qui les pousse à agir de la sorte ?

Plus de technologie, de limites et de composantes humaines

Malgré un sentiment d'insécurité généralisé, un manque de connaissances sur les outils de surveillance utilisés et une appréhension quant à l'utilisation potentiellement abusive des données des citoyens, les personnes interrogées ont systématiquement exprimé le souhait de voir les technologies de sécurité augmentées et améliorées. Ce sentiment s'aligne sur les résultats de la recherche entreprise dans le cadre du programme Edgelands Medellín 2023 Fellowships. Comme le souligne la recherche de Juan Rafael Pélaez, les habitants des comunas 10 et 14 ont déclaré se sentir plus en sécurité grâce à la présence de caméras de vidéosurveillance à proximité, bien qu'ils aient des doutes quant à leur efficacité. Fait remarquable, ils ont exprimé le souhait d'avoir des caméras supplémentaires. Cela représente un défi pour la mairie et la police, étant donné les contraintes techniques liées à l'emplacement des caméras dans la ville, comme l'ont souligné les chercheurs du Système d'information pour la sécurité et la coexistence (SISC).

À l'inverse, les personnes interrogées soulignent l'importance non seulement d'investir dans davantage de technologie, mais aussi d'assurer une intégration transparente entre ces outils et l'élément humain. Ils considèrent que les dispositifs seuls ne garantissent pas l'amélioration des mesures de sécurité. Cela souligne le discernement des citoyens entre la technologie et sa mise en œuvre, ainsi que les facteurs humains qui l'entourent. S'ils reconnaissent la nécessité de la technologie et approuvent son utilisation, ils en reconnaissent également les limites et la jugent inefficace en l'absence d'une mise en œuvre efficace.

Les résultats de cette enquête, bien qu'ils ne proviennent pas d'un échantillon statistiquement représentatif, sont cohérents avec les idées glanées dans le cadre d'autres projets, recherches et entretiens menés par Edgelands lors de son pop-up à Medellín. Il est devenu évident que les défis en matière de sécurité se déplacent progressivement vers le domaine numérique. Cela souligne la nécessité d'un dialogue ouvert et transparent concernant l'utilisation d'outils technologiques pour la sécurité, les protocoles régissant le traitement des données associées et leur réglementation. Nous espérons que nos presque trois années de présence à Medellín ont joué un rôle dans la mise en place de ces discussions.

Rapport d'enquête complet en espagnol.